Dans la presse

Comores : un safe space homo pour « ne pas mourir socialement »

La criminalisation de l'homosexualité aux Comores pousse les premier.es concerné.es à organiser leur propre « safe space » à domicile. Loin des regards, l'amour entre personnes du même sexe n'est plus un sujet tabou... le temps d'une soirée. Reportage. 

Après la fierté, quoi ?

La saison des marches des fiertés n'est pas tout à fait close, mais celle de Paris, plus militante, augure-t-elle d'une plus forte mobilisation pour les mois à venir et la discussion sur la PMA ?

3 questions à Laureline Levy, organisatrice de soirées pour queers introverti.e.s

« Les lumières agressives et la musique forte constituent une ambiance hostile lorsqu'on n'est pas valide. Et être sobre dans un endroit où tout le monde a un peu bu, c'est dur. Donc ces soirées sont importantes pour permettre à des personnes qui ne sortaient plus par fatigue de micro-agressions de renouer avec le plaisir de sortir de chez soi pour échanger avec des personnes qui leur ressemblent. »

3 questions à Joël Deumier, ex-coprésident de SOS homophobie

« L'augmentation des signalements d’actes LGBTphobes ne m’a pas véritablement surpris, quand on voit que la parole LGBTphobe est libre sur internet et les réseaux sociaux, qui sont des espaces mal modérés et mal régulés. »