Bonjour à toutes,

J'ai aujourd'hui 61 ans et je combats tous les jours depuis mon enfance pour ne pas céder à mon envie d'être une femme.
J'aurai du céder à cette tentation depuis longtemps mais je n'en n'ai pas eu le courage à mon adolescence puis le mariage, les enfants….
Il y a 20 ans j'ai tout avoué à ma femme qui bien que réticente à accepter quelques jeux puis elle a fini pas me traiter d'obsédée et m'a menacée d'en parler aux enfants. Je suis retournée dans ma coquille et, depuis, je garde toutes ces envies au fond de moi, profitant tout de même de l'absence de ma femme pour lui emprunter des sous vêtements, du maquillage…
Je suis donc arrivée à la soixantaine, tant bien que mal, avec ces périodes où je ne suis pas bien qui sont de plus en plus nombreuses mais en arrivant à les subir.
Mais depuis quelques mois j'ai de plus en plus de mal à accepter de ne pas être une femme.
J'ai essayé ces derniers jours d'en rediscuter avec ma femme elle m'a écouté mais refuse toujours de devenir ma complice…
Mon rêve serait d'avoir une femme qui me comprenne et qui m'aide, que nous puissions vivre dans notre intimité ma féminisation : j'aimerais dans notre intimité vivre habillée en femme, me maquiller, porter une perruque des bijoux…et j'aimerais que ma femme me considère comme une femme.
Mais je ne souhaiterais pas que cela sorte de notre intimité.
Malheureusement mon rêve parait impossible.

Je ne sais plus quoi faire sachant qu'il n'existe que trois solutions :
- Je quitte ma femme et je vais vivre mes envies de féminisation mais il faut du courage et je crains que ma situation ne soit pas meilleure ensuite.
- Je réussi à la convaincre mais je doute que cela soit possible
- Je continue à repousser mes envies avec tous les problèmes que cela posent

Je réside proche de Nantes et j'aurai aimé avoir des conseils de votre part : certaines d'entre vous ont-elles vécu la même chose ? Avez-vous trouvé des solutions ?….

Merci d'avance pour vos réponses

Commentaires

Bonjour Nathalie,

Portrait de HELENABCF111

Bonjour Nathalie,

Je suis dans le même cas que toi, ma femme n'accepte pas, j'ai aussi envisager les mêmes solutions que toi et je me suis trouvée dans le même impasse.
Pour le moment j'en ai envisagée une 4 éme qui est de vivre ma féminité en cachette avec tous les inconvenients que cela comporte.
Je ne pense pas qu'il y ai de solutions miracle il faut que l'on s'adapte, ou bien envisager ta premiére solution mais trés compliqué.

Bon courage.
Bises Hélène (57ans)

Bonjour Nathalie

Portrait de Marie Jeanne

Bonjour Nathalie
Je crois que tu en demandes trop. Comprendrait elle? Les femmes peuvent vivre plus facilement une partie de leur côté masculin, que nous! Elles n'ont pas forcément le même besoin finalement sauf celles qui se sentent mal dan leur peaux de femme bien entendu. Peut être que sans le faire voir tu peux vivre ta féminité mais l'imposer c'est trop dur. Celles qui peuvent comprendre doivent être rare. Donc mieux vaut essayer de vivre une vie parallèle, c'est compliqué mais sans doute moins à terme que les autres solutions. Des bises Marie Jeanne.

Merci à Hélène et à Marie

Merci à Hélène et à Marie Jeanne de vos témoignages. Vos avis sont les mêmes, je dois me résigner à rester dans la "clandestinité". Je suis en train de m'organiser mais comment faites vous : avez vous un local où vous pouvez vous isoler ? Comment avez vous organisé votre vies parallèles ? Merci encore, ça fait du bien de pouvoir parler d'un problème que je garde en moi depuis si longtemps. Je souhaite que nous puissions continuer à échanger n'hésitez pas à me contacter sur mon mail. Je vous embrasse toutes les deux.
Nathalie

vie para

Portrait de Marie Jeanne

Bonjour Nathalie
pendant longtemps je gardais mes affaires à la cave, mai j'ai failli avoir un clash, alors j'ai mis cela dan une autre cave heureusement désaffectée et que je viens de squatter définitivement en mettant un cadenas.
Sinon je me débrouille pour rester à la maison quand ma femme travaille (horaires décalés). Elle a plus de vacances que moi aussi et je peux donc être seul à Paris pendant une partie des vacances scolaires. En outre j'ai de multiples activités pro ou associatives qui me donnent des prétextes pour partir deux jours parfois (ma valise est prête à la cave). Enfin j'empreinte quelques petits truc à ma femme si la taille est élastique par exemple. Le plus dur c'est la livraison de fringue à la maison...

Bonjour Nathalie

Portrait de Marie Josée

Je suis dans la même situation que toi, Hélène et Marie Jeanne avec les mêmes doutes, les mêmes questions et les mêmes incertitudes.
Pour le moment, je profite des rares moments de liberté pour vivre un peu ma vie de femme.
Par exemple, cette semaine, j'ai prétexté une rencontre avec d'anciens collègues de travail pour aller à Paris me faire une petite séance de maquillage suivi d'un shooting photo en fille. Je n'aurai jamais fait ça il y a un an, mais j'ai décidé d'utiliser les rares moments où j'ai des disponibilités pour vivre un peu ma féminité ... mais toujours dans la clandestinité.
Bisous.
Marie Josée

vie para

Portrait de Marie Jeanne

Cela demande aussi pas mal d'organisation et de précautions, mais j'ai l'habitude...Depuis l'âge de 7 ans où ma grand mère ne m'habille plus en fille mais je dois alors me débrouiller seul avec les risque que cela comporte. Je te dirai même que jusqu'à 9 ans environ je ne comprenais pas que ce jeu n'amuse pas les autres ...bon j'ai vite compris. Après mon analyse psy pour raisons pro et familiales j'ai réussi à accepter ce fait incontournable dont je ne me "débarrasserai" qu'avec la mort sans doute. En tout ca pour le psy il pouvait me faire accepter mais non pas me "guérir" puisque ce n'est objectivement pas une maladie! Voilà quelques paroles qui si elles ne sont pas de réconfort pourront peut être t'aider. En tout cas n'hésite pas à me solliciter si besoin on a besoin de soutien toutes autant que nous sommes. Bises. Maris Jeanne.

Bonjour à toutes,

Portrait de HELENABCF111

Bonjour à toutes,
Pour moi j'ai ma valise dans la voiture de société, je profite de me liberer certaines aprés midi ou de prendre 1 jour de congés sans le dire à ma femme. Je me change en exterieur pour vivre ma féminité. Je vais essayer ausi de profiter de certains moment de liberté en evoquant des rendez vous en exterieurs (formations et autres) et/ou de réunions avec certaines assos dans lesquelles je suis membre actif.
Ce sont dans ces rares moment que je profite. Rendez vous chez estheticienne pour epilation et maquillage puis sortie shopping.
J'ai ausi fait une séance de relooking avec Virginie fin 2014. Bises. Hélène.

Réponse à Nathalie

Je comprends fort bien vos soucis. Pour ma part, je n'ai pas vécu ces problèmes. Je n'ai jamais pu me résoudre à me " mettre en ménage " dans mes jeunes années. Ce qui fait qu'aux alentours de la trentaine j'ai pu commencer ma transition. Réussie, achevée.
Les GG sont évidemment fort réticentes à tout ce qui tourne autour de la transidentité, pour leur époux. Le cas de Gerda Vegener (The Danish Girl) est assez exceptionnel, rare, rarissime. Il n'y a pas 50 solutions, soit vous vous trouvez quelques moments de temps à autre pour vivre votre particularité, en le dissimulant à votre épouse, ou il vous faut tout quitter. Pas facile. Je parlais de ma transition, celà non plus n'a pas été facile. Je fus un certain nombre d'années en bute à des mesquineries, des rejets de la part de beaucoup de gens, dont ma famille. Mais avec le temps, un éloignement, la vision de qui j'étais devenue, tout s'est arrangé. Cependant, la transidentité est une vallée de larmes. Au plaisir de vous lire, voire de vous rencontrer un jour, je réside pas tellement loin d'Angers. Courage

Vos témoignages sont

Vos témoignages sont éloquents, il n'y a pas de solution et celles qui arrivent à vivre leur féminisation en couple sont très rares. Il est certain qu'il n'aurait pas fallu se mettre en couple. Il y a 40 ans, je pensais que mon envie d'être une femme était quelque chose d'anormal, je culpabilisais et je luttais contre. Il n'y avait pas les médias qui existent aujourd'hui avec tous les témoignages...
Bref il ne faut pas revenir en arrière la vie ne peut pas être refaite, je vais donc essayé de vivre la suite en profitant de quelques moments de féminisation sachant que ce ne sera pas facile. Merci à vous toutes pour vos témoignages qui réconfortent énormément

Bises, Nathalie

A Nathalie

Bonjour à nouveau Nathalie,
Dieu sait si j'ai lutté moi aussi, depuis, on va dire 55 ans, ce qui vous donne une idée de mon âge. La période la plus terrible fut, rétrospectivement, l'adolescence. Le corps qui se modifie, mais pas comme on le souhaite, les "copains " qui s'évanouissent les uns après les autres, formant peu à peu des couples. Par la suite, beaucoup d'idées très noires, heureusement jamais mises en oeuvre.
Et puis, un jour, comme "Lily", l'explosion... De ce jour là, Françoise a pris complétement le dessus sur "Biiiip"... Jusqu'au jour ou "Biiiip" n'a plus existé. En 2 temps, d'abord physiquement, puis administrativement, enfin. Je pus me marier, il me mit la bague au doigt, le Maire a demandé la permission de m'embrasser. Sur les joues. Souvenirs, souvenirs. Hélas, les plus belles choses ont souvent une fin. La maladie, pour lui, et la solitude pour moi.
Je vous embrasse toutes. Qui veut me contacter peut passer par Gaby L. Elle me connaît, elle a permis "l'explosion" par sa permission de repartir de Tassin la demi Lune jusque Lille.

témignages

Portrait de Marie Jeanne

Comme indiqué en MP Nathalie, il ne faut pas jeter le bonnet par dessus le moulin d'un seul coup.
D'abord se ménager des périodes à soi, en femme, si possible. Cela sera peut être suffisant pour gérer les crises. Si c'est très récurrent alors il sera toujours temps de prendre une décision plus ou moins radicale!

A Nathalie

Bonjour
Chere Nathalie ton appel n'a touchée car il est typique de la difficulté que nous rencontrons pour la plus grande majorité, à vivre notre vie de femme
La vivre cachée me paraît là meilleure de toutes les solutions ,hélas.... Avec la frustration qui va avec ... Mais nous le sommes si souvent..
Perso longtemps seule j'avais décidée de vivre ma vie de femme pleinement , une fois le travail fini , le week end j'étais enfin moi , mais j'étais terriblement seule ... Puis j'ai connu l'abc Provence des filles formidables , mais le désir de fonder une famille m'a éloignée d'eux....
Après des années je vis désormais en cachette , pourquoi tout perdre ?pour un résultat incertains ..suis les conseils des copines il y aura toujours un moment pour Nathalie
Pour ma part j'aimerai corresponde avec des copines de la région
Bises

Bonjour Sandrine

Bonjour Sandrine
Merci pour ton message. j'ai compris qu'il fallait vivre notre vie de femme cachée, il va bien falloir s'en contenter.
J'apprécie beaucoup tout vos témoignages, cela permet de ne plus se retrouver seule.
J'ai tout de même (en cachette !!!) réussi à me prendre en photo, ainsi je suis moins anonyme pour vous toutes.
Grosses bises à vous toutes

ne pas cesser de croire

Portrait de carol

voila bien des histoires remplies de similitudes...la mienne fût pour bien des moments identique ... après 3 vies de couple que j'ai moi même rompu et un parcourt solitaire "décidé" en 2003 ou j'ai pu vivre intiment pleinement ma feminité et repousser régulierement les avances de femmes "éteros" attirées par mon charme... après 11 ans de solitude ou j'avais fini par trouver la paix avec moi convaicue de ma vérité profonde à vivre dans cette vie ou une autre sereinement... le hasard qui n'en ai jamais un m'a fait rencontrer une femme de mon age que j'ai "senti" et a qui j'ai avoué ma différence dès le début de l'histoire...elle n'en fut pas offusquée car il lui semblait naturel que je sois une "fille" et se mis a m'aimer ainsi en devenant une vraie complice...et bien qu'éréro depuis son enfance elle se découvre de plus en plus lesbienne et me désir au feminin (je suis sa femme et nous adorons toutes les deux) je pense que d'avoir décidé de chercher la paix en moi avec moi, seule a apaisé quelque chose sur le point de vue "énergetique" ce qui a permis à cette amour de m'approcher
maintenant, j'ai eu 3 vies de couple tourmentées parce vu mon état interieur je ne pouvais rencontrer que des être tourmentés...je suis papa en paix de 4 enfants avec qui ne sont pas au courant de notre intimité car mon amour et moi jouons de dualité... je vous envoie à toutes un peu de mon bonheur d'être.

Carol, tu nous prouves que

Carol, tu nous prouves que rien n'est impossible et que l'on peut arriver à vivre sa féminité en complicité avec une autre femme. Je te souhaite beaucoup de bonheur en espérant un jour vivre la même chose.
Le plus difficile est de se faire accepter en tant que fille comme tu le dis, le chemin doit être long pour y arriver et c'est des témoignages comme le tien qui nous encouragent.
Bisous à toutes

Notre vie nous appartient et personne ne peut la vivre pour nous

Portrait de Lio de France

Bon anniversaire Nathalie, et belle vie de femme à toutes !

"Mieux vaut rater sa vie en la vivant de façon originale que de la réussir de façon banale."
Source : Winston Churchill.

Notre vie est notre bien le plus précieux !
Ne laissons personne la pourrir de quelque façon que ce soit.

Les personnes qui vous contestent
le droit de vivre votre vie de femme, viennent elles :

- vous aider dans vos activités, payer vos traites, vos impôts ?
- border dans votre lit et/ou vous soigner quand vous êtes malades ?
ou encore quand vous avec un méga cafard ?

Non ? alors consacrez votre attention et votre énergie à celle qui le fait mieux : VOUS !

Et puis faites preuve d'imagination pour pouvoir vous habiller le plus souvent et à votre guise :

Exemple : à mon ex épouse que j'ai quitté il y a plus de 10 ans (pour bi, voire tri polarité), je lui disais :

"je vais à mon petit club de théâtre et comme nous n'avons pas de loge, je m'habille ici, à la maison."

Eh bien ça a marché ! et elle me demandait même quand est-ce qu'elle allait pouvoir me voir sur scène. Après un an d'attente, elle a pris l'habitude de me voir habillée en femme et ne m'a plus posé de question.

Inventez-vous un séminaire de travail fictif et passez un week-end avec vous dans une autre ville: c'est super ! vous allez vous découvrir, découvrir une ville et ... des instants de liberté loin des tracas familiaux, comme avec les assurances MMA : zéro tracas, zéro blabla !

Et puis quand on reprend sa liberté, on l'apprécie au point qu'on n'a plus envie de la perdre et de faire des concessions sans intérêts.

Si votre épouse n'est pas à même de comprendre que vous l'aimez et que votre besoin de vous épanouir en femme est aussi nécessaire que l'air que vous respirez :
c'est qu'elle ne vous mérite pas. Alors changez-en, car vous le valez bien !

Chaleureusement, Lio de France (http://doublegenre.wordpress.com)

je suis toute nouvelle et me cherche encore

Depuis ma plus jeune enfance,je n'ais jamais sentie de concordance entre mon esprit et mon corps.Tout petit j'ais fais des jeux''touche pipi''avec des garçons un peu plus âgés que moi.J'aie eue une expérience avec un adulte quand j'avais environ 10 ans.A l'adolescence je me sentais fille mais j'avais un corps de garçon. Une petite poitrine commençait a pointer.Pas grosse mais suffisamment pour que l'on me la fasse remarquer.Je me demandais si j'étais homo- par rapport a ce que j'avais fais étant petit,mais j'aimais trops les filles.Je camouflais mes organes des que j'aie pu et cela n'a jamais changé, je le fais toujours.Je me suis mis en couple a 18 ans cela a duré 3 ans et demi,j'avais des rapports s- très fréquents mais le fait de pénétrer ne me plaisait pas vraiment.Je le faisais quand même j'étais amoureux''se'' d'elle et l'amour se fait a 2,il faut de la satisfaction pour les 2 dans un couple.En même temps je dois préciser que depuis toujours les gens me prenaient pour une fille aux 1er abords.On m'a dit ''bonjour mademoiselle'' jusqu'à mes 40ans .Âpres tout a changé par ce que j'ais plongée dans l'alcoolisme pendant 10ans.Avant pour supporter mon mal-être ''une fille dans le corps d'un garçon'',j aïs fumée du shit a partir de 14ans pleins de médocs a partir de 17ans et héroïne,cocaïne,LSD,champignons hallu.et bcps de codéine tous les jours jusqu'à mes 51ans 1/2.Il me fallait tout cela pour supporter le fait de ne pas être ce que je suis réellement dans mon moi profond.Depuis que j'ai à arrêtée tous les états artificiels, je ne vois qu'une seule solution devant moi.Très radical si vous voyez.Je vis dans une toute petite ville de moins de 5000hab avec des gens d'une mentalité d'une autre epoque.Je n'arrive même plus a travailler ,je vis un cauchemars.Bref je ne sais plus quoi faire (je suis suivie par une psychologue mais je n'ose pas lui parler de mon ''moi'' profond).J'aie déjà organisée et préparée ce qu'il faut pour le grand saut il ne me manque que le courage (mais ça je le provoquerai artificiellement si il le faut).Je ne vois plus ce qu'il faut que je fasse a+ merci si vous lisez ce message. Odessa

Bonsoir Odessa

Ton message me fait vraiment froid dans le dos, je te contacte en privé,
Pas de bêtise, je t'en prie,
Je t'embrasse, vero.

BONJOUR ODESSA

Ce qui est fait est fait et personne ne peux revenir dessus . Par contre puisque tu sens cette puissance intérieure de féminité non pas te ronger mais vouloir s'exprimer , je t'invite à te projeter dans cette personne nouvelle que tu peux être à travers l'habillement le maquillage les sorties ..... beaucoup est possible même dans les situations les plus difficiles . Ton témoignage est poignant mais nous avons toutes , à des degrés divers , certes , traversé des déserts de tous ordres du fait de notre nature mais je t'assure fais un bilan objectif de ce que tu peux mettre en pratique pour éviter le grand saut ..... nous tenons à toi Bises Francoise

Bonjour ODESSA

La plupart de nous vivent ces moments où la féminité qui est en nous et que qu'il nous est impossible de montrer au grand jour nous conduit à penser au "grand saut". En ce qui me concerne j'étais tellement au bout du rouleau, il y a environ 3 mois, que j'ai décidé de me confier à mon médecin (qui est une femme, je n'aurai pas pu si ça avait été un homme). J'ai eu en face de moi une personne qui m'a écoutée et surtout qui m'a dit que je n'étais pas malade et que ce que je n'avais pas à avoir honte de mon envie d'être une femme. Elle était satisfaite que je lui en parle car cela expliquait tous les soucis (sommeil, tension, énervement...) pour lesquels elle me soigne depuis des mois...
Mon médecin m'a indiqué l'adresse d'une psychologue, que j'ai rencontrée. Elle m'a d'abord fait écrire toute mon histoire et cela m'a fait du bien car c'était la première fois que je m'exprimais vraiment à ce sujet...
La psychologue n'a pas réglé mes problèmes, ma femme refuse toujours de me comprendre mais j'ai pu en parler et cela m'a aidé. Alors je pense que tu dois aller voir ta psychologue très rapidement, prendre ton courage à deux mains et lui expliquer ce que tu ressens. Elle attend cela de toi et saura te conseiller et puis tu ne seras plus seule avec tes problèmes.
La vie vaut le coup d'être vécue même si elle n'est pas comme nous la souhaitons. il faut se dire qu'il y a certainement des moments de bonheur et de plaisir à prendre... Alors courage et nous attendons de tes nouvelles Bises Nathalie

Odessa

Portrait de AGNESBCF303

Quelqu'un a-t-il eu des nouvelles d'Odessa ?

Odessa tu et la ?

Portrait de LAURABCF202

Bonjour Odessa

Tout comme Anhais ,un psychologue ,en espérant qu,il te conseille bien , je te le recommande
Moi mème il a fallu que j,en trouve un bon ,car le premier se moquer de moi ,littéralement c’était un homme et il avait un peu de mal a me comprendre ,donc j'ai chercher dans ma région et j'ai trouver un dames qui ma comprise tout de suite ,donc ne pas prendre le premier qui te tombe sur la main ,sais très dur de raconter notre parcours a chaque foi ,mais quant tu a trouver le bon sa fait du bien .
Et de plus je voie une psychothérapeute tout les trois semaine pour que je puise aller de mieux en mieux ,mais sais quand mème dur de ne pas être soie mème
Enfin voile ne perdons pas espoirs et tenon mous les coude
Amicalement
Anhais,Odessa,et toute les autres
Bisous Laura

plus de nouvelle ?

Portrait de LAURABCF202

Bonjour a toutes

Et bien je voie qu'il n'y a pas beaucoup de nouvelle depuis deux semaines !,j’espère que tout le monde vas bien !?
De mon coter ça va pas trop mal ,j'ai une collègue qui ma vue en femme ,cette semaine et elle ma trouver super belle, et surprise par le changement comme je suis en femme, donc moi mème ! je croie mème quelle a craquer ,je suis contente .
J,espère que de votre coter vous avez des bonne nouvelle !
Je vais essaye d'aller au repas dans le nord
A suivre
Bisous a toute
Laura