Voyage de il à ELLE

Voyage de il à elle est sans retour, je le découvre à chaque étape, je découvre que pour vivre heureuse, il faut aller au bout . 

Je pense de la première fois que je me suis dit “tu es une femme”, je n’étais qu’un enfant entre 5 et 6 ans, je choisis le prénom d’Annie, je rêvais d’être elle, j’étais heureuse quand j’y pensais secrètement le soir avant de dormir. Adolescente, je changeai de prénom pour Sophie, toujours aussi secrète, je ne savais rien de la transsexualité, c’était un sujet tabou. Changer de sexe, ça aurait fait rire et l’occasion de se faire traiter de tous les noms d’oiseau et d’être prise pour une folle. Que faire?  Se sentir femme! hélas. En 92, je découvris que que devenir femme était possible, j’avais presque 40 ans. Mais, le rêve était bien entravé par la réalité du travail. Je m’achetais cependant soutien-gorge, bas et culotte, je m’épilai corps et visage, je continuai à garnir ma garde-robe, et achetai mon maquillage. Il y a un an et demi, je décidai de faire pousser mes seins hors médecin. Se procurer le nécessaire, ça fait un an que je suis sous ce traitement.  Ils sont maintenant petits, mais féminins et les fesses s’arrondissent. J’avais cumulé des idées reçues, lues sur internet, qu’après 60 ans qu’il n’était plus possible de changer de sexe. Et en regardant sur ce même internet, je vis une annonce d’une clinique qui pratique la vaginoplastie, je me renseignai, mes doutes subsistaient, alors je m’adressai à l’équipe parisienne qui m’a répondu que l’âge n’avait rien à voir.  Il me reste d’aller sur Paris, voir médecins et puis être opérée, avoir mon vagin.

C’est à la fin du voyage que je serai heureuse.

Sophie